ChatsDeRace.com ChaTouWeb.com FrenchMatou.com Chats-Norvegiens.com
 
 


> retour

Vivre avec un chat handicapé

Les animaux handicapés peuvent mener une vie plus ou moins proche de la normale, à condition que l’on s’adapte à leurs déficiences.
Quelques conseils pour cohabiter au mieux avec un chat déficient et lui éviter des situations désagréables.

Il est mal-voyant ou aveugle :

On n’y pense pas forcément, mais un chat qui a de telles difficultés peut être surpris par les caresses de son humain (il ne le voit pas arriver). Pour éviter ce genre de situation, on peut s’annoncer le plus possible au chat lorsqu’on vient à sa rencontre, en privilégiant notamment le canal auditif. On peut également lui faire sentir la main avant de le caresser.

Le chat déficient visuel ne peut pas se déplacer en comptant sur sa vue. Il faut alors éviter de perturber l’organisation spatiale de l’habitation. Si on a tendance à changer régulièrement les meubles de place, il est bon de se rappeler que toute modification physique de l’environnement peut fortement perturber le chat dans son orientation et ses déplacements.
De même, ses affaires doivent être déplacées le moins possible, afin d’éviter que le trajet lieu de repos-lieu d’alimentation ou d’élimination ne soit un véritable parcours du combattant.
Prenons soin aussi de laisser les portes grandes ouvertes pour faciliter ses déplacements d’une pièce à l’autre.

Note : un chat aveugle peut se déplacer seul. Inutile donc de le porter pour un oui pour un non !

Il est mal-entendant ou sourd :

Un chat qui n’entend pas bien ou pas du tout peut, comme le chat déficient visuel, être déstabilisé si on le caresse sans prendre quelques précautions. Afin d’éviter ce genre de désagréments, on peut se placer face à lui avant de la caresser, pour créer en premier lieu un contact visuel.

Un chat sourd ne répondra pas à son nom mais on peut le faire venir en adoptant une gestuelle et un positionnement du corps que le chat pourra associer à « l’appel ». Par exemple, s’accroupir et tendre la main vers l’avant peut devenir un signal pour le chat.

Il souffre de problèmes locomoteurs :

Il est capital de bien réfléchir à l’emplacement de la litière, des gamelles et des paniers lorsqu’on cohabite avec un chat qui a des difficultés à se déplacer. On va par exemple privilégier les emplacements au sol et multiplier les coins de repos (dans des endroits chauds, sans courants d’air : pas de panier sous la fenêtre, près de la porte d’entrée ou de la cave !) et les bacs à litière, en particulier si le logement est grand.
Pour que le chat puisse se mettre en hauteur, là aussi il va falloir lui faciliter les choses. Puisque les sauts seront difficiles, on peut lui installer des marches ou une rampe d’accès pour qu’il puisse monter sur le lit ou le canapé.

Enfin, s’il a des difficultés à se toiletter, on sera particulièrement attentif à l’entretien de sa fourrure (en le brossant très doucement), de ses yeux et on surveillera la croissance de ses griffes.

Amandine ROULET
Comportementaliste pour chats (Paris et Île de France)
www.chatvamal.fr
Toute reproduction interdite sans autorisation